Quels sont les outils pour gagner en Trading ?

Quels sont les outils pour gagner en Trading ?

Qu’est ce que le carnet d’ordre, le market profile ou encore un graphique en chandeliers ? Ces outils indispensables sont parfois négligés ou méconnus de nombreux traders francophones.

Notre nouvelle vidéo sur ce sujet vous explique leur utilité, comment les interpréter, les comprendre mais surtout pourquoi ils seront bientôt indispensables à votre réussite ! 

Retranscription de la vidéo – Quels sont les outils pour gagner en trading ?

[…] Bonjour à toutes et tous, bienvenue dans cette nouvelle vidéo. Aujourd’hui, on va voir quels outils sont à utiliser pour avoir un trading gagnant, alors on sait qu’on intervient sur les contrats futures, 80% des professionnels sont dessus. Maintenant, ce qu’on va regarder ensemble, c’est quels outils sont à utiliser pour pouvoir justement avoir un avantage et avoir des stratégies dans lesquelles on aura des taux de probabilité de succès de plus de 80%. […]

[…] Le premier que vous connaissez naturellement, c’est le graphique en chandeliers, qui est représenté ici avec des bougies rouges et bleues. Dans ce cas là, en tout cas, comme je l’ai paramétré sur la plateforme Sierra chart, l’outil graphique est l’outil que vous utiliserez le plus et qui est le plus connu dans le monde francophone […]

[…] Malheureusement il est à mon sens mal exploité. Pourquoi ? Parce que trop de personnes cherchent uniquement grâce aux graphiques, à essayer de développer des scénarios gagnants.  Il est pourtant difficile de mettre en place des règles uniquement avec celui-ci. Pourquoi ? Parce qu’en fait, il nous influence psychologiquement. On va voir des bougies bleues & rouges qui varient de temps en temps. Et si on n’est pas préparé à ça ou si on ne maîtrise pas parfaitement l’attitude du prix sur le marché, ça va être compliqué, de pouvoir mettre en place des stratégies fiables et surtout d’être fort psychologiquement. […]

[…] Alors, finalement comment un trader professionnel utilise le graphique ? Il va simplement prendre le passé. C’est un peu le Google MAP du prix, si vous voulez. Donc, on va simplement observer l’itinéraire de ce qui s’est passé, à quel moment le prix a rencontré des difficultés à franchir certains niveaux et en fonction de cela, on va mettre en place des scénarios. Par contre, ces scénarios-là, on va les compléter pour augmenter nos probabilités de succès avec d’autres outils.[…]

[…] Ensuite, vous avez certainement déjà entendu parler du Market Profile . C’est le deuxième outil que l’on va utiliser dès le début de matinée, et essayer de comprendre. C’est un outil qui souvent fait peur au départ, parce que c’est vrai qu’il impressionne. On n’a pas l’habitude de le voir, surtout qu’il a une représentation totalement différente du graphique. C’est-à-dire que ce ne sont pas des chandeliers japonais. On voit moins le prix qui monte, qui descend, on voit moins ces variations, tout simplement. […]

[…] Le market profile, nous indique des profils de journées, c’est d’ailleurs ce que l’on voit ici. Le Market Profile, va regrouper ses 250 types de journées en six types d’accord. Comme vous pouvez le constater sur cet exemple là, on a le Market profile sur le marché obligataire allemand et le Bund. On voit que c’est à peu près partout, la même forme, la même amplitude, etc. Sauf là où on a une double distribution.[…]

[…] Donc, oui, c’est déjà beaucoup plus facile, en tout cas de distinguer dans quelle journée on est parmi 6 que parmi 250. Ça, c’est le premier avantage du market profile. D’autres avantages aussi, c’est qu’on va pouvoir définir dans quelle fourchette il y a eu 70% des échanges qui se sont déroulés la veille, on va faire des comparaisons avec ça. On va pouvoir toucher le prix d’ouverture, vérifier dans un certain laps de temps quelles ont été les volumes réalisés.[…]

[…] Cet outil là est vraiment magique, à mon sens. Et surtout, ce qu’il ne faut pas oublier, c’est que c’est un outil qui existe depuis 1982 sur le marché anglophone et qui a été inventé à Chicago. Et pourtant, dans le monde francophone, il y a encore très peu de monde qui l’utilise. A Londres, par exemple, quand vous parlez de Market Profile, tout le monde sait de quoi on parle, tandis qu’ici, dans le monde francophone, c’est encore très peu utilisé et c’est dommage parce qu’il apporte de vrais avantages. […]

[…] Ensuite, une fois qu’on connaît la psychologie du marché, qu’on a défini notre scénario, mis un petit peu en place notre stratégie, défini nos zones d’intervention sur le graphique et sur le market profile. On va pouvoir s’intéresser au carnet d’ordres. […]

[…] Donc le carnet d’ordres est l’outil que l’on voit ici. Le carnet d’ordres est un peu plus connu du grand public. Qu’est ce qui va permettre d’affiner son prix d’entrée et de contrôler ce que l’on appelle la profondeur des marchés. Là, on le voit par exemple, on a la colonne des vendeurs et on a la colonne des acheteurs. On voit que sur la colonne des vendeurs, on voit le nombre de contrats qui sont en attente d’être exécutés par niveaux de prix. […]

[…] Côté acheteurs on voit qu’on a la même chose et du coup on est tout de suite capable de faire un premier pas, de regarder vraiment le poids de l’offre et de la demande. On oublie trop souvent que le trading, c’est quoi? C’est du commerce. En réalité, c’est simplement une notion de relation entre acheteurs et vendeurs. Alors nous, on va simplement chercher à contrôler grâce au carnet d’ordre, on va pouvoir s’apercevoir que, par exemple, à un certain prix, d’accord, il y a plus de contrats qu’à d’autres prix.[…]

[…]Ça va nous permettre de comprendre à quel niveau on a des gros intervenants sur le marché. Par ailleurs, vous pouvez le constater là haut, on a un petit chiffre ou on voit qu’on a 54% de vendeurs sur le marché contre 46 % d’acheteurs. On a des données qui sont complémentaires et qui nous permettent de comprendre ce qui se passe à l’intérieur de mon graphique sur l’ensemble de ma map. C’est un outil qui n’est vraiment pas à négliger puisqu’il va vous permettre de vraiment définir à quel prix vous devez rentrer..[…]
[…] Donc, c’est le c’est le carnet d’ordre. Et puis il reste un dernier outil, qui à mon sens, vous devez vraiment utiliser. Comme je vous l’ai dit, la bourse, c’est quoi ? Des acheteurs et des vendeurs. Finalement, c’est des transactions qui s’opèrent, mais on va devoir intégrer la notion de volume dans son trading. Les volumes, c’est l’essence du marché, c’est le nombre de transactions qui s’opèrent. Donc, c’est une donnée essentielle à maîtriser pour pouvoir vraiment comprendre ce qui se passe sur le marché. […]

Vous avez aimé ce contenu ?

Suivez-nous dès aujourd’hui sur nos différents réseaux sociaux :

Laisser un commentaire